Western Australia

L’Australie-Occidentale (en anglais Western Australia, WA) est le plus vaste État d’Australie qui avec 2 645 615 kmreprésente environ un tiers de la superficie de l’île principale. Occupant tout l’ouest du pays, il est bordé à l’ouest et au nord par l’océan Indien, à l’est par le Territoire du Nord et l’Australie-Méridionale et au sud par la grande baie australienne.

En 2011, l’Australie-Occidentale comptait une population estimée à 2 387 232 habitants soit environ 10 % de la population australienne. La densité de population est très faible (1 hab./km2). La majorité de la population habite la capitale Perth avec ses 2 021 200 habitants en 20141.

L’économie de l’État est axée sur l’exploitation minière notamment celle du pétrole.

Ses habitants sont familièrement appelés sandgropers par les autres Australiens. Le sandgroper (littéralement « tripoteur des sables ») est un insecte du genre Cylindraustralia qui vit dans les dunes près de Perth.

En ce qui concerne le climat…

La côte du Sud-Ouest possède un climat méditerranéen, marqué par une sécheresse estivale et des hivers doux et humides. Elle était originellement très forestière, avec de nombreux karri, un des plus hauts arbres du monde. Cette région agricole de l’Australie-Occidentale fait partie des neuf premiers habitats de la biodiversité terrestre, avec une forte propension à l’endémisme. Grâce au courant océanique Leeuwin la région fait partie des six premières en ce qui concerne la biodiversité marine, avec le récif corallien le plus au sud du monde.

Western Australia 250px-HayStreetPerth01_gobeirne

Hay Street (Perth).

Les précipitations annuelles moyennes varient de 300 mm au bord de la Wheatbelt à 1 400 mm dans la région la plus à l’ouest près de Northcliffe, mais durant les mois de novembre à mars l’évaporation est plus importante que les chutes de pluies, et le climat est alors très sec. Les plantes doivent y être adaptées de même qu’elles doivent être adaptées à l’extrême pauvreté des sols. Une réduction majeure des averses a été observée, avec un nombre plus important de précipitations les mois d’été.

Le centre de l’État est couvert, à environ 80 %, de région semi-aride ou de désert et est faiblement peuplé avec la seule activité significative résultant des mines. Les précipitations annuelles moyennes varient de 200 à 250 mm, la plupart n’étant que des pluies torrentielles sporadiques liées aux cyclones tropicaux les mois d’été.

Une exception est celle de la région tropicale du nord. Le Kimberley a un climat de mousson très chaud avec des précipitations annuelles moyennes allant de 500 à 1 500 mm, mais il y a aussi une saison presque sans pluie d’avril à novembre. 85 % des eaux de ruissellement de l’État se trouvent dans Kimberley, mais du fait que ces ruissellements se traduisent par de violentes inondations et à cause de la pauvreté des sols, le seul développement a eu lieu sur les rives de l’Ord River.

La présence de neige dans l’État est rare, et presque seulement dans la chaîne de Stirling près d’Albany, puisqu’il s’agit de la seule chaîne de montagnes suffisamment au sud et avec une hauteur suffisante. Plus rarement, la neige peut tomber près de la chaîne Porongurup. Toute neige tombant hors de ces régions est considérée comme un évènement ; cela arrive dans des espaces où les collines sont nombreuses au sud-ouest de l’Australie. Les chutes de neige les plus étendues et les plus basses (par rapport au niveau de la mer) ont eu lieu le 26 juin 1956 quand des chutes de neiges furent enregistrées dans les Perth Hills, jusqu’aux Wongan Hills au nord et au Salmon Gums à l’est. Toutefois, même dans la chaîne de Stirling, la couverture neigeuse ne dépasse pas les 5 cm et ne reste pas plus d’un jour.

La plus haute température jamais enregistrée fut de 50,5 °C à Mardie (Pilbara), à 61,6 kilomètres des îles de Barrow le 19 février 1998. La température la plus basse jamais enregistrée était de −7,2 °C à l’observatoire Eyre Bird, 49 km au sud de Cocklebiddy. Lors du cyclone Olivia, une rafale de 408 km/h a été rapportée à l’île de Barrow. L’Organisation météorologique mondiale (OMM) l’a homologuée au début 2010 comme le record du vent le plus violent jamais observé scientifiquement sur Terre, hors ceux des tornades.

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTubeImage de prévisualisation YouTubeImage de prévisualisation YouTubeImage de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

Cinephilie et compagnie |
CinéFilm |
Strapontin15 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 1640 Riverside, Hill Valley
| Poudlard Express
| Berrysteven78